Voici la lettre envoyée par C.Morzewski aux étudiants d'Arras.
courrier__tudiants_Arras_blocage_030

Quelques commentaires (provenant des enseignants d'Artois) :

Le courrier n'est pas franchement neutre, et une demande a été faite à titre individuelle pour l'envoi d'un second appel, signé par les étudiants ! proposition rejetée, curieusement...

Alors : pour une fois, ça n'est pas malhabile je trouve de la part de la présidence, même si c'est une répétition du "déblocage" de l'an dernier qui avait eu lieu ds les mêmes circonstances, et selon mon avis personnel une nouvelle faute politique en terme de rapprochement des positions. Les étudiants rencontrés aujourd'hui à Arras se sentent pour l'heure pris au piège et n'ont pas véritablement arrêté de position : risque d'un côté, dont ils sont conscients, de perdre la légitimité de leur mouvement s'ils refusent la procédure (mais renoncer au blocage leur apparait comme un recul impossible), risque de perdre le vote de l'autre, même si les chiffres leur sont beaucoup plus favorables que la fois précédente - il y avait 1200 votants alors, il sont environ 700 à avoir voté le blocage jusqu'ici, mais c'était à la fin d'une AG, ce qui peut faire la différence. Ils étaient en fait surtout choqués de la manière dont les choses ont été faites : ils avaient en effet demandé une consultation à bulletin secret, et devaient rencontrer Chirstian pour en discuter les modalités. Mais lorsqu'il est arrivé à la réunion en question, ils étaient déjà au courant qu'il avait envoyé le mail l'heure d'avant ! Ils prévoient de "tracter" devant la salle de vote, et, en effet, ce serait bien que des enseignants soient présents à titre d'observateurs au moins. Peut-être le cortège de la manifestation lilloise a-t-elle eu l'occasion d'en discuter ?

Je ne pense pas, mais aimerais connaitre vos avis, que nous puissions aller plus loin cette fois-ci, ayant exprimé une position anti-blocage (mais soutien des étudiants, enfin bref). En revanche, il faudra très vite discuter et se mettre d'accord sur ce que nous faisons si le blocage est levé, pour faire vivre le mouvement comme la responsabilité nous en incombera désormais. L'idée de la grève tournante à un jour différent chaque semaine, celle qui avait a priori recueillie le plus de suffrage, vous semblerait-elle toujours envisageable ?